Se chauffer au bois

 

L'essentiel

légende de l'image

 

Lorsque l’on pense chauffage au bois, on s’imagine tout de suite au beau milieu de la campagne, dans la maison rustique des grands-parents, qui malgré leur âge, font rentrer leur bois chaque année et alimentent bûche après bûche leur vieux poêle. Eh bien détrompez-vous, se chauffer au bois aujourd’hui ça n’est pas du tout ringard, ça n’est pas réservé qu’aux ruraux et c’est synonyme d’économie et de design avec des poêles modernes et étudiés. C’est pour toutes ces raisons qu'aujourd’hui en France, une maison individuelle sur trois utilise le bois comme source de chauffage principal ou d’appoint.

Se chauffer au bois avec des bûches, des plaquettes ou granulés connaît aujourd’hui un renouveau grâce à des appareils très performants et de moins en moins polluants. 

Confort, économies et écologie à la clé, plutôt intéressant non ? 

 

En détail

Vous aimeriez moderniser votre système de chauffage en le remplaçant par un système utilisant le bois. Eh bien avant même d’analyser vos besoins en chauffage, il est nécessaire de vérifier deux choses ! Avez-vous premièrement assez de place pour installer un appareil et pour stocker son combustible ? Deuxièmement, disposez-vous d’un conduit de fumée ou pouvez-vous le faire installer ? 

Si vous avez besoin d’un appareil capable de produire vos besoins en chauffage central, il faudra privilégier l’installation d’une chaudière manuelle à bûches ou automatique à plaquettes ou à granulés.

Se chauffer au bois signifie également que vous devrez vous assurer que vous allez pouvoir vous procurer une matière première de qualité près de chez vous.

Au moment de choisir vos équipements, vous devrez être particulièrement attentifs à l’autonomie du matériel choisi et à son rendement.

L’autonomie est le temps qui s’écoule entre deux recharges en combustible. C’est l’inertie de l’installation, autrement dit sa capacité à stocker l’énergie et à la restituer plus ou moins lentement qui permettra une plus ou moins grande autonomie.

Le rendement quant à lui est la chaleur émise grâce à la combustion du bois par unité de combustible brûlé. Plus le rendement est élevé, moins il faudra consommer de bois.

 

Trouver sa matière première

Qui dit système écologique dit comportement écologique. Assurez-vous ainsi de pouvoir trouver du bois de qualité dans un périmètre proche de chez vous. Disons 50 kms à la ronde !

Pour une combustion optimale, les bûches dont vous allez vous servir doivent être sèches.

Aussi faudra t’il aménager un lieu où les entreposer !

C’est la vitesse de combustion souhaitée qui vous guidera vers un bois dur ou tendre.

Deux familles de bois existent, classées selon leur densité. D’un côté les feuillus durs comme le chêne, le hêtre, le bouleau, etc et de l’autre les feuillus et résineux tendres comme le sapin, le pin, le peuplier, etc.

Quand les feuillus durs sont appréciés pour leur combustion longue, les feuillus et résineux tendres de leur côté sont très utiles pour allumer un feu car ils montent rapidement en température.

Les coûts moyens

Mettre en place un système de chauffage au bois c’est s’investir ! Que ce dernier soit là pour faire l’appoint ou qu’il soit choisi comme chauffage central, il nécessite un investissement en temps et en place, même si l’automatisation des chaudières ou la grande autonomie des poêles apportent du confort.

Les équipements compris dans l’installation :

Vous l’aurez compris, si le chauffage au bois a pour objectif de faire l’appoint, il vous faudra investir dans un insert ou un foyer fermé pour une cheminée. Sans cheminée, il existe des poêles à bûches ou à granulés classiques et enfin des  poêles de masse.

Pour un chauffage central au bois, vous devrez vous équiper d’une chaudière à tirage naturel fonctionnant avec des bûches et dont il existe plusieurs dérivés ou d’une chaudière automatique, utilisant des plaquettes ou des granulés.

Les chaudières à bûches doivent être également équipées de ballon tampon afin de stocker le surplus d’énergie produit.

  • S’équiper d’un système de chauffage au bois est coûteux à l’installation. A l’usage, il est par contre très économique et sûr, car il s’appuie sur la ressource inépuisable qu’est le bois et fait appel à du matériel robuste et moderne.
  • Le prix de l’équipement est variable selon la marque choisie et le type de matériel visé.
  • Le matériel de chauffage d’appoint coûte de 1 000 à 6 000€ selon le type choisi tandis que pour les chaudières servant de chauffage central il faudra compter de 5 000 à plus de 20 000€.
  • Le reste des équipements nécessaires à l’installation, la main d’œuvre et l’entretien ont aussi un coût très variable. 
  • Le prix du bois quant à lui varie selon sa forme (bûche, plaquettes ou granulés) et son lieu d’achat, mais encore une fois, on sait que se chauffer au bois coûte moins cher.
  • Les aides de l’Etat : elles sont là pour aider les foyers à s’équiper en systèmes de chauffage performants et écologiques. Un crédit d’impôt de 30% du coût TTC des équipements est accordé si le rendement du matériel atteint des seuils fixés.  Un éco-prêt à taux zéro est aussi en place. La TVA est aussi abaissée à 5.5% pour le matériel concerné par le crédit d’impôt ou à 10% pour les autres matériaux. L’ANAH (Agence Nationale de l’Habitat) peut également accorder des aides, tout comme les collectivités locales. Vous l’aurez compris, des aides existent mais vous devrez vous renseigner vous-même en fonction du matériel envisagé et de votre localisation afin d’en connaître les montants exacts !

 

 

Les plus

  • Voir le feu crépiter dans sa cheminée ou son poêle depuis le fauteuil de son salon, c’est quand même plutôt agréable ! Et si c’est une chaudière automatique qui gère tout cela depuis une pièce isolée dans l’habitation, c’est aussi très pratique de s’enlever un souci de l’esprit !
  • Se chauffer au bois offre donc un confort.
  • Il est aussi également gratifiant de savoir que son chauffage respecte au mieux l’environnement et utilise une ressource renouvelable
  • Sur le long terme, se chauffer au bois fait du bien à son porte-monnaie. 
  • Les progrès réalisés ces dernières décennies ont permis de mettre au point des équipements performants et de qualité qui ont beaucoup amélioré les rendements. Ils se situent autour de 70 à 90% sur tous les matériaux pour une autonomie allant de 5 à 20 heures.
  • Ces améliorations ont aussi amené une facilité d’utilisation très appréciable pour les foyers

Les précautions à prendre

  • Vérifier que l’installation d’un chauffage au bois est possible au sein de votre logement et à l’endroit où il est localisé. Certaines zones connaissent des restrictions à l’installation de ce type de chauffage.
  • Bien choisir son bois, comme nous l’avons évoqué précédemment, car de cela va dépendre entre autres, l’autonomie du système de chauffage.
  • Se préparer aux manipulations nécessaires et à l’entretien indispensable et régulier du système. On pense par exemple au ramonage.
  • Il est indispensable de veillée à la qualité de l’air. C’est un enjeu pour la santé des membres du foyer mais de l’atmosphère dans sa globalité. Il est d’ailleurs obligatoire de s’équiper d’un détecteur de fumée et de monoxyde de carbone.
  • Enfin, faites appel à un professionnel sérieux qui saura vous guider efficacement. Privilégiez au maximum les professionnel certifiés RGE (Reconnu Garant de l’Environnement)

Les métiers concernés par les travaux de rénovation

  • Chauffagiste
  • Plombier 
  • Ramoneur

 

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, uniquement à des fins statistiques.